Accès pro :
Gérer mon compte
Vos achats :
0 article(s)
Vous recherchez...

» » » » Lampes à incandescence


Lampes à incandescence

L'anglais Joseph Swan invente la première lampe à incandescence en 1879. Les premiers prototypes sont encore peu fiables, la cellulose ou le carbone sont encore employés pour fabriquer le filament à la place du tungstène, qu'on enroule comme un serpentin de l'aspect d'un petit ressort, allongeant ainsi la surface et la quantité de lumière émise.

Fonctionnement

L'ampoule joue un rôle majeur, en effet il est impératif de créer un vide d'air autour du filament afin qu'il ne se consume. Plus tard on remplacera le vide par un gaz rare comme l'argon ou le krypton, un gaz inerte, inoffensif et surtout ne contenant pas d'oxygène, comme c'est le cas de l'air ambiant, mélange d'azote, de dioygène et de gaz carbonique.

 

L'ampoule classique a peu ou prou conservé son aspect à travers les âges, en forme de bulbe. Mais il existe bien entendu de multiples formes d'ampoules (bougie, flamme, globe, linolite, etc.)

Schéma d'une lampe à incandescence classiqueLampe à incandescence

  1. Ampoule en verre
  2. Gaz inerte
  3. Filament incandescent
  4. Filament conducteur en contact avec le plot central (11)
  5. Filament conducteur en contact avec le culot (8)
  6. Support du filament
  7. Support généralement en verre
  8. Premier contact électrique via le culot
  9. Culot (ici à pas de vis)
  10. Composant isolant
  11. Second contact électrique via le plot central

 

L'éclairage à incandescence

Ces lampes ont longtemps eu un gros atout : leur prix. Elles ne coûtent pas cher à fabriquer et diffusent une lumière chaude (2700 K) accompagnée d'un bon indice de rendu des couleurs. En revanche leur rendement est atroce avec 5% de l'électricité transformée en lumière seulement te leur durée de vie limitée. D'autre part la chaleur importe dégagées en contre-partie peut être source d'accidents et de départs d'incendies.

 

Si vous souhaitez remplacer une lampe à incandescence il est recommandé d'opter pour une lampe à LED dont le surcoût sera rapidement compensée par le gain en consommation électrique. Les lampes à incandescence ne sont pas recyclables car elles ne contiennent pas de polluants (comme le mercure).

 

On trouve encore des cas où les lampes à incandescence sont utilisées, vous en trouverez encore en effet dans votre réfrigérateur ou votre four ! Ces petites lampes dont l'ampoule est en forme de tube ou de poirette le plus souvent sont encore vendues à l'heure actuelle et proposées sur notre site.

La fin programmée des lampes à incandescence et la notion de rendement lumineux

Le mouvement, qui a débuté en Europe et en Amérique du Nord, est inéluctable. La technologie des lampes fluo-compactes, les lampes halogène dites « haute capacité » et bien-sûr les lampes LED.
C'est la raison pour laquelle les consommateurs se voient confrontés à l'apparition de nouveaux termes et affichages sur les emballages de lampes, comme les Lumens qui remplacent les Watts. En effet, parler en terme de Watt n'a plus de sens car les différentes technologies de lampes n'ont pas le même rendement, et par exemple telle ou telle autre lampe de 60 W n'éclairera pas de la même façon.

Alors comment s'y retrouver ?

Le flux lumineux émis par une source est noté en lumen, et le rendement lumineux correspond au flux lumineux (en lumens) divisé par la puissance électrique (en Watts) consommés ; ce qui nous donne une indication en Lumens par Watt (lm/W) ! Ce qui amène les fabricants à devoir proposer des tableaux d'équivalence « Watts lampe incandescente » versus » Watts consommés.

Les solutions de remplacement aux lampes à incandescence

Il existe concrètement trois grandes alternatives :

  1. les lampes halogène de dernière génération dites « haute efficacité » ou haut rendement,
  2. les lampes fluo-compactes issues de la technologie des ampoules à fluorescence,
  3. les lampes LED.

Autres lampes issues de la technologie à incandescence :

L’administrateur du site est actuellement en ligne! Discuter - posez vos questions à l’administrateur du site